(Leïca - version II)

 

 

 

 

 

2053_285bb7aedac34a2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au temps irrésolu la douleur lancine hante 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'usure, 

Un vert-de-gris,

Tamise plaine en déchirures 

 

Chevelure ramure envol d'ambre et de feu

                                                                      Tombais-tu tombais

Aux terres minées de mots et de cris

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cascades nuit  lavent l'eau de l'aurore

Tu déferles en elle     

Ta nudité désarme frêle.

Elance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout est moins que parfait  vulgaire  et obéi

Aux rivières 

Aux roulis de la nuit     tu laves les irrévérences

De qui ne s'est baigné dans ton regard qui prie

 

Se courbe lune     cercle     duel  fantôme_____Danse

Et les mains_____Violence

 

 

 

 

 

 

La lumière dans le saule fait l'amour

Sous lequel tu t'oublies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Au-delà des coutures fragiles des secondes

En deça des contrées dévastées par les ombres 

Venant de nulle part où vivre     

                                        Ta nudité gelée sur les corps désarmés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ta nudité sans armes

Sur les corps gelés

 

 

 

 

 

Tu marches     frêle   

 

 

Fais sauter les ponts qui se disent mener

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière brebis égarée     nulle autre que la biche

Une fragrance d'arbre      aux côtes d' incendie

L'arbre se tient à flanc      de la forêt d'oubli

Les vallons d'ébène roulent sur les tranchées

Les monts les dômes dressent leurs seins de mousses

La biche rêve. 

 Du Val de l'Enfer 

 Jusqu'au Grand Rocher

Fuyant la chasse dans un dernier élan

Majestueusement

Franchit la gorge de cent pieds

 

 

 

 

 

Splendeur de la fuite     

 

 

 

 

 

 

Ecrits. Ces Hirschsprung* rebelles. 

L'encre y coule les langages

A flanc de brèche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que tu découds le temps

 Et ce que tu es

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu te dévêts

Tu te dévêts

 

 

 

 

 

Tout est moins que parfait

Mais

Découdre

Appelle

La douleur

De son

Nom.               Propylée


 

 

 

 

 

 

 

press-2-.jpg  

 

 

* Hirschsprung : saut du cerf    

 

 

 

 

Photo. I :  

Jacques-Ernest Bulloz (1852 -1942)

Photo de la Tête de la Douleur, sculptée par A. Rodin, 1903-1904, tirage au charbon,

Musée Rodin

 

 

Photo. II :

Installation : Myeongbeom Kim

 

 

 

 

 


 


 

Tag(s) : #Nouveaux temps

Partager cet article

Repost 0