Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

15 décembre

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est des pas en soi douloureux comme une caresse qui manque à la vue

Des chemins sinueux qu'il faut frayer en son esprit secret, à la serpe,

mais faillent les mains qui n'étreignent que la tentation et lâchent la faux,

sans force.

 

 


Il est une invitation à monter sur les bateaux-feux de l'hiver, à se déployer

dans la buée des vagues.  

Et à sortir apeurée quand on sait la brûlure du froid sur son visage,

qui ne guérit pas.

 

 

 

Il est d'une altération de portée qui minore l'impatience.

Des mouvements de l'âme qui s'adonnent, dans ces couvents retirés où le vent gèle, 

à l'intense des corps aliénés de passion que le fauve revêt à souhait

et ne cesse de couvrir de morsures.

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0