Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

15 août

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce coteau cette pente douce

ce courbe creux où poussent

des herbes un peu folles

dessinant le ruisseau

ce triangle blanc

lait de trinité

et bleu vierge

dont la pointe s'engage

ensablée

puis s'enracine

peut-être

mais est-ce là

l'important

et dont le sommet épouse

un ciel ému

et mouvant

 

 

 

 

 

C'est le passage vers la mer

au loin c'est elle qu'on devine

c'est serein et inconnu

Sur la droite le regard

grimpe aux roches violines

la vue y serait belle

y serait-elle

 

 

 

 

 

Je reste sur cette avant-scène

ce tremblé

à imaginer

mon chemin

Sur la gauche il m'est caché

encore

et c'est lui que j'emprunte

C'est lui

que mon coeur peint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte et peinture, Martine Cros

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0