Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

aller aux essentiels

aller aux essentiels

L'atelier Poésie de Martine Cros


Notes de nuit : "avoir un corps"

Publié par http:/allerauxessentiels.com/ sur 6 Mars 2018, 01:01am

Catégories : #Carnet de notes, #Gilles Deleuze, #Leibniz

Simon Hantaï : "Mariale 2", 1960, Adagp, Paris 2013.

Simon Hantaï : "Mariale 2", 1960, Adagp, Paris 2013.

 

 

 

Je dois avoir un corps, c'est une nécessité morale, une "exigence". Et, en premier lieu, je dois avoir un corps parce qu'il y a de l'obscur en moi. Mais, dès ce premier argument, l'originalité de Leibniz est grande. Il ne dit pas que seul le corps explique ce qu'il y a d'obscur dans l'esprit. Au contraire, l'esprit est obscur, le fond de l'esprit est sombre, et c'est cette nature sombre qui explique et exige un corps. Appelons "matière première" notre puissance passive ou la limitation de notre activité : nous disons que notre matière première est exigence d'étendue, mais aussi de résistance ou d'antitypie, et encore exigence individuée d'avoir un corps qui nous appartient. C'est parce qu'il y a une infinités de monades individuelles que chacune doit avoir un corps individué, ce corps étant comme l'ombre des autres monades sur elle. Il n'y a pas de l'obscur en nous parce que nous avons un corps, mais nous devons avoir un corps parce qu'il y a de l'obscur en nous : à l'induction physique cartésienne, Leibniz substitue une déduction morale du corps. 

Mais ce premier argument fait place à un autre qui semble le contredire, et qui est encore plus original. Cette fois, nous devons avoir un corps parce que notre esprit a une zone d'expression privilégiée, claire et distincte. C'est maintenant la zone claire qui est exigence d'avoir un corps. Leibniz va même jusqu'à dire que ce que j'exprime clairement, c'est ce qui a "rapport à mon corps". (...) 

 

 

 

 

Gilles Deleuze,

LE PLI

LEIBNIZ ET LE BAROQUE,

Les Editions de Minuit, collection "Critique", 1988 &  2014 pour cette ré-impression,

extrait in : "III. AVOIR UN CORPS, chapitre 7 / la perception dans les plis", page 113.

  

 


Les microperceptions ou représentants du monde sont ces petits plis dans tous les sens, plis dans plis, sur plis, selon plis, un tableau d'Hantaï, ou une hallucination toxique de Clérambault.

Id., page 115.

Simon Hantaï, "Mariale 3", 1960, Adagp, Paris 2013.

Simon Hantaï, "Mariale 3", 1960, Adagp, Paris 2013.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents