Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De "http://www.acrossthedays.com/" Mon dieu que tout est morne noir et mesurable Morne et révolu Quels sont ces mots d'enfer bouches si monstrueuses que la terre s'échappe d'elle-même meurtrie Sidérée à tel point je me casse me brise en deux en mille...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

(repos) Simplement vous êtes, assise là Vous traverse l’esprit, rien Vous écrivez pour rien enfin sans être engagée dans rien juste une retombée aucune pluie aucun obus juste un lâcher prise une main oubliée Vous écrivez pour chercher autre chose Une...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Oskar KOKOSCHKA Drawing je bois du sable chaud le torrent me dévore dévale mes veines à peine et la boue m'écartèle et le désert s'étend vers l'orient l'été se meurt et le soleil à l'aube l'aridité des mots a des draps de satin Héméré dort debout dans...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Autoportrait autodétruit 9.33 AM Peut-être aujourd'hui sera à flanc de mystère r ose pluie écrit à même la vie cruellement ailleurs par vocation de transparences 22.30 PM tu n'es pas importante qui importe, est l'autre lumineux comme le visage de dieu...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Bach, prélude en la mineur BWV 922. flagrants délits de prière mains liées recueillies sous la cathédrale d'un jour de papier un arc cambre scintille sur ma tête pliée la barque où je m'assieds vogue vers d'étranges rives je ne peux marcher qu'en ce jardin...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire, #Bach, #Elizabeth Sombart

Photographie, Françoise Ruban taire __ et garder enfouie __ cette frontière __ sans l'être __ qui joint épouse l'eau le sel piment de perle et d'air jamais les tourments ne sont ensevelis sous les vagues de gris cette ligne en habit mat blanc / noirci...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Vilhelm Hammershoi, "Intérieur avec femme au piano, 30 Strandgade", 1901 Quand elle joue. Mes fragments se rassemblent je deviens mosaïque persane, lumière d'abat-jour qu'on abat en plein jour dont elle recoud la trame j'arrache de mon corps ces flèches...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire, #Musique

5 août Le morcellement de la beauté donne à voir d'autres visages Il faut se taire parfois pour que flamboie le silence 6 août Si jamais votre corps un jour est une île Qu'à lui seul toutes ses rives suffisent à l'amour qui s'échoue Vagues voyantes dont...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Ce coteau cette pente douce ce courbe creux où poussent des herbes un peu folles dessinant le ruisseau ce triangle blanc lait de trinité et bleu vierge dont la pointe s'engage ensablée puis s'enracine peut-être mais est-ce là l'important et dont le sommet...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

(à la Tarkos) Sur les plaines de grande solitude Le ciel ordonne ses chevaux de brume Poussés par le vent sur le ventre en désir Un vallon sans soldat ni sans mort ni sans mot et des pas mille feuilles de pas feuilles écloses ou pas des pas épars des...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire, #Mozart

Albrecht Dürer, 1508 Iris Troiana ( détail ) watercolour and ink on paper Monasterio de Escorial, Spain mes amours effondrées ruines féminines déployées au pied des gerbes de blé qui gisent sans symbole des silhouettes m'ont hantées que j'ai crues douces...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Nude brebis égarée en moi je vous aime je vous aime ô loups éclatants d'ombre livide vous vous êtes oubliés / vous mêmes au flanc de ma montagne intime que vous , pourtant , m'ordonniez de gravir je n'étais que / sans force je vous aime ô mes visages...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Autoportrait me voilà les voilà je vous attends n’attends que vous crinières dorures de vent parsifals et chevaliers blancs nymphes au goût de rose de vin de noix et vous, chimères de mes amours dans votre silhouette de géant robe amazone et vos pas si...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire

Qui sait si notre amour vient de nous Toujours le rivage apparaît le rivage plus près qu’il n’y paraît Mais c’est une mer qui monte à l’orée de tes sexes Des yeux vastes impérieux s’y sont noyés du reste Le sang d’encre des douces errances gicle L’éternité...

Lire la suite
Tag(s) : #Le journal imaginaire
<< < 1 2 3 > >>