Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

0704prud5%20434x600-016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wuthering eyes

Le cri ne cesse        la fêlure du regard

Tu ne cesses aussi

dans le corps de dissoudre

l’oppression        psaume trop

sonore

 


 

A mesure ta gorge profonde

s’ébrèche encore de te dire        en vain

Te dissoudre de toutes ces heures

Où tu te lis        relis        tu es  une seule seconde

de la longue lettre d’adieu

à ce que tu fuis

Te dissoudre et lorsque tu reprends

conscience        tu es changée

Rien dans le puits de l’amour

n’est pareil

si tu oses y chuter

Tel est le vent

Le vent dans le feuillage ne bruisse plus

Il chante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Détail  numérisé d'un dessin de Pierre Paul Prud'hon

musée Baron Martin, Gray

 

Tag(s) : #Nouveaux temps

Partager cet article

Repost 0