John_William_Waterhouse_Nymphs_finding_the_head_of_Orpheus_.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le trottoir la foule est un fantôme 

Une femme prend les couleurs et flanche

Elle le regarde et pense fort à lui

C'est une île irradiée aux éthanols rosis

      ( Que faisons-nous, assis ? )

La blondeur tend sa main de mie blanche

dans la brume de ce matin d'obole

que le mendiant charrie

 

 

 

Il est venté jusqu'à la faille

      ( Qui nous assaille,

     exactement ?)

Aucun poêle sur ce bitume

Juste la braise

de son coeur dégerce

une amour défendue

 

 

 

C'est l'hivernale trève où dort

son corps

pantomime de la faim qu'il n'a plus

      (Public, mais oui !Passe-donc et dis : Rideaux ! )

Intimement il s'engourdit heureux de tout

D'avoir connu cette fille faïence

peau de lait ornée de carthamines veines

Elle est ce qu'il a su du soyeux d'une vie

Son corps s'endort paisible par moins dix vers minuit

      ( CH3-CH2-OH , nom de nom, les gens rient ! )

 

 

La chevelure murmure

le relève

et prie

Est-elle un ange ou

la Belle de vie qui revient à midi

      (Je me ferai statue et te ferai oiseau

      car je t'aimais dans ce chantant silence

      avec lequel on aime les joyaux)


 

 

 

 

 

 

 

à Ste Marie, le 5 janvier 2012. 

 

 

Tableau : J.W.Waterhouse, Nymph finding the head of Orpheus.

Tag(s) : #aimer

Partager cet article

Repost 0