Sous le ventre courroucé des

Nuages de la ville

Orangé vient le soir s'affranchir de l'ennui

Tout parait si lointain parfait et inutile.

Que peuvent être la guerre à nos fronts assombris ,

Nos caresses timides alors que nous mourons.

Qu'un baiser sût renaître aux baies

De la passion laissa le monde 

 

                                                          plus humain

 

 

 

 

 

L'instant est las.

M'accompagnent

Papillons

Rubis , jaune de Naples

Notre nuée ne ressemble

A aucun régiment.

Tout parait si lointain, muet et volatile.

Je lis les maux de sang décomposés

Le long des veines des vallons 

Les anges éphémères me

Tressent  des oeillères

Pour que je quitte le chemin.

 

 

 

 

 

 

Rouge feu, celui qui vient à moi 

Alors que j'abandonne,

Incandescent qui sans compter                   

 

 

                                                              me donne

 

 

 

La part de l'arme 

qui ne soit ni arme ni armure

ni déluge tragique divin

avant l'étendue du désert ,

l'à part

 

 

 

                                                             d' aimer

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine Cros

 

 

 

Tag(s) : #aimer

Partager cet article

Repost 0