Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Flati-E8re-20Vierge-20et-20Enfant-004.jpg

 

 

 

 

 

 

Urgence oblige, urgence...

nous parlons d'Angye Gaona, jeune poète colombienne,

dont l' énergie créatrice dérange le pouvoir

en place dans son pays.

 

Je vous fais partager l'un de ses poèmes,

qui me touche de par sa quête contenue,

poème publié page 47 de la très belle revue

de poésie  La Voix des Autres ( mars 2012 ),

dont vous trouverez lien au bas du billet,

ainsi que d'autres liens sur ces heures

graves que traverse Angye.

 


 

 

 

 

 

morandi3.jpg


 

 

 

 

 

 

 

Evolution

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cette langue que je parle,

qui suis-je ?

qui est ma mère ?

 

 

La mère croît dans mon utérus,

cherche mon giron ;

c’est elle-même qui nourrit mon rêve.

 

 

Prends soin de ce rêve ventre éternel.

Je rêve une langue vivante qui parle du ciel

dans laquelle je puisse te dire :

mère.

 

 

Je te nomme maintenant

dans ma langue maternelle.

Je suis ton écriture,

verbe de ta douleur.

 

 

Je t’entends,

tu palpites.

Voilà ta langue première.

 

 

Avec mon silence

je t’emplis au point de t’élargir.

Tu te fais transparente,

tu cries quand tu laisses passer la lumière.

 

 

Je te vois,

resplendissante et possédée.

 

 

Donne-moi, mère, un mot

Que je ne comprenne pas

 

 

 

 

 

 

 

Angye Gaona.

Traduction de Pedro Vianna.

 

 

 

 

 

 

 

LA-VOIX-DES-AUTRES-N-5_1.jpg

 

 

 

 

Pour commander la revue :

 

voixdesautres@wanadoo.fr

 

lavoixdesautres@gmail.com

 

ou via le site :

 

 Danger Poésie, blog d'André Chenet

 

 

Informations sur Angye GAONA et

sur ce qu'il peut être fait en faveur de sa liberté :

 

Poésie et journalisme, blog de Cristina Castello

 

Angye Gaona ou la liberté à tires-d'ailes

 

Nacimiento volàtil, le blog d'Angye Gaona

 


 

Remerciements infinis pour

André Chenet et  pour  Cristina Castello,

poètes,

pour la force de leur travail de soutien à cette artiste.

 

 

 

 

Photos :

Vierge à l'enfant, une statue à La Flatière,

détail retravaillé.

Peinture de G. Morandi

 

Tag(s) : #Artistes de mon coeur, #Angye Gaona

Partager cet article

Repost 0