edvard-munch-06.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sais que le soleil tourne autour de la forêt

que la parole est nue

Je sais que la mort

brûle

Ni croix ni étoile sur le front des abeilles

Je sais les pieds déchaussés rythmant le sol

tendu en peau de scalp

et le totem des loups

et le feu des ancêtres dans le camp

immobile

Je sens la force

primitive des parfums boisés

Je sais qu'avant le rituel quand

le souffle s'éteint

les fumées se relèvent

pour se laver les mains

Qu'il faut un pas de danse en cercle

autour

de l'arbre Je connais

les us de la lumière

Je sais que Dieu n'existe pas La cérémonie

des vivants sous

la terre Le bras

enterré de l'hommage

passe à travers la croûte de

boue pour attraper

quoi? Des cerises juteuses

comme des nuages au-dessus

du linceul de ciel

Je sais la coutume

des morts Je sais que

Dieu existe

Sous les paupières Dans le poing du charnier

les pierres de Lissinitchi sacrent

la lune sauvage

à la frontière de la chair Laissez

les corps du chagrin

et de la grandeur

là où les cailloux

tendent leurs lèvres

sous l'eau de pluie Le rythme

des gouttes vient

peu à peu J'attends

Que le vent couronne

le brasier au-dessous des branchages

Là où tournesols dans

leurs fleurs Là

où légendes et marchands

de Lublin

là où vieille langue dans

son chemin de ronde

 

Dieu a dû choisir entre

la bonté et la puissance

Je crois

que le soleil tourne autour

de la forêt

Là-bas le soleil roule sur

un chariot sans bouquet

où s'entassent les peaux

en parchemins

Les roues de la carriole tracent leurs

encres sur la neige

Deux lignes aussi droites que

les flèches du chamane

Je sais le rituel de la parole

le rituel de l'étoile

le rituel de l'écorce

trois tours de ciel

 

à Lissinitchi

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvie-E. Saliceti,

 

" Je compte

les écorces

de mes mots",

 

éditions Rougerie, mars 2013,

 

extrait : pages 43/45

 

 

 

 

 

Le site de l'auteur, avec un autre extrait de "Je compte les écorces de mes mots"


 

 

 

0023


 


 

Tableau, Edvard Munch, "Cendres", 1894


 

 

 

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures

Partager cet article

Repost 0