P1000731-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scriabine au piano compose des poèmes          Il n'indique plus de tonalité, ni d'armure

à la clefs des sonates           Il  fait voler la forme en éclats      harmonise le mouvement     

dans l'ininterrompu      la permanence     de sa quête mystique      Il va jusqu'à imaginer 

un clavier de lumières      Il rêve que sons et couleurs fusionnent      Je rêve d' un piano

 

 

 

 

 

Un mot tait son nom          Le jour tait son nom          Sur l'échine      une tôle de jade

reflète les ombres de Chine       Ces dames dans l'âtre jouent        aveuglent mon nom

Où je jette mes yeux         Sans voir j'avance plus légère          J'invente un matin d'été

 

 

 

 

 

J'invente ce motet

              ce mot tu

              qui tarit

               la source

               d'une longue histoire




 

 

 

 

 

 

 

Mai 2014


Tag(s) : #Fragments & Carnets

Partager cet article

Repost 0