'Les Dialogues obscurs'

Poèmes choisis

 

W.S. Graham

 

 

 

Traduit de l'anglais par A.S. Homassel et B. Longre

Edition bilingue, chez Black Herald Press


 

 

 

william-sydney-graham

 

 

 

 

 

 

 

Ecoute. Revêts le matin

Eveillé dans lumière tombante.

Le songe d'un homme

Soudain peut hériter

Les siècles applaudissants

De son unique minute sur terre.

Et entendre les jurés vierges

Parler avec son souffle à lui

Aux garçons du coin de sa rue.

Et entendre le panier à salade

Au soir fouiller la ville.

Et entendre les cordes à sauter conviant

Soeur Mary dans le jeu.

Et entendre Willie et Davie

Parmi les fougères du Narnain

Chanter dans une brume chargée

De myrte et d'auditeurs.

Et entendre la ville haute

Pleurer sa supplique de craintes

A l'asile des pauvres proche

Du coeur battant de tous.

Et entendre les enfants jouer au loup

Et courir avec mes pieds à moi

Dans la nasse enveloppante

D'un principe suicidant.

Ecoute. Revêts le point du jour.

Eveillé en miracle.

L'auditoire est réveillé dans son lit

Sous les barres d'immeubles

Sous les docks au sucre

Sous les instants gravés.

Les siècles tournent leurs verrous

Et ouvrent sous la colline

Leurs livres et leurs portes reçus en héritage

Rassemblés pour distiller

Tels joyeux ceuilleurs de baies

Une voix unique pour nous parler.

Oui écoute. Elle emporte

La seconde et les années

Jusqu'à ce que le coeur soit dans une veste de neige

Et la tête de blanc casquée

Et que le chant dorme pour être éveillé

Par l'oreille éclatante du matin.

Ecoute. Revêts le matin.

Eveillé dans lumière tombante.

 

 

 

 

 

 


 

 

Poème extrait de  'Le seuil blanc', 1949.

Le blog de Black Herald Press

 


 

 

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures

Partager cet article

Repost 0