seinotolia_5676694_Subscription_L.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Je m’en ôte de moi commune chrysalide

  sans qu’au-dehors la magie ne déflore

  le rouge flamboyant du moment d’à côté

  puis juste après, la blancheur des bougies

 

 

  Nos silhouettes alanguies comme le lied

  chemin faisant bordé de miradors

  murmurent sur nos lèvres un oui avide

  chemin bordé de barbelés de vide

 

  

  Et nos âmes patientes en noces de feu

  sur nos courbes et plaines, ces sillons,

  sertissent l’imagé des précieux papillons

  dans l’envol de leurs rêves radieux

 

  

  Ô dunes sensuelles que je ne censure

  Dans tes gorges s’écoule l’oasis

  et j’y bois la lumière qui se tisse

  aux errances qui s’assoient et verdurent

 

  

  Je prends dans ma paume le sable orange

  émerveillée de ses cascadements

  Entre mes doigts le temps fin de l’enfance

  file renflouer les sens de la transhumance

 

  

  jusqu’à l’infime dernier grain que je retiens

  aux creux des mains comme une éternité

 Ta traversée révèle la féminité,

  ô désert, tu nous disais que nous sommes

 

  

  des chapelets de baisers sur le front

  des tempêtes secrètes enroulées,

  naissances des silences qui corrompent

  les choses trop rangées dans la nécessité

 

  

  Et je sais ce qu’ensemence l’immensité

  Tendu de nu le choeur des dunes chante,

  écho de voix, amour dans un ébrèchement,

  ce jardin mûr comme un ravissement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ste Marie, le 16 mars 2012


Texte, peinture numérique en cours, Martine Cros

Tag(s) : #aimer

Partager cet article

Repost 0