Der Dichter spricht

 

 



 

sur une musique piano solo

de R. Schumann

Kinderszenen Op.15

 

 

 

 

 

16.jpg 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

I

 

 

 

 

 

 poète elle parle





  comme une religion





peu comprennent 

 

dans la foule enfuie

 

le vent éloquent dans sa voix 

 

dans le bois de sa voix qui mousse l'aube et la tapit


 

Seul un oiseau siffle dans les pas de l'après midi

 

 

 


 

 

Lasse des vies éternelles       elle mendie

 

sa part d'élégie       de débris d'élégie sous la scène des parodies


elle mendie sa part

de folie

dont elle veut être l'amante

 

 

 



 

 

Pour

tant

      ,

aimer

(à)

délirer

(à)

mourir

 

ont pitié

la trouvent à ce point agenouillée

 

(lui offrent une virgule

dans une vie sans point particulier)


espace

escale de silence dans la voix du visage aimé

,

chant évanoui dans les baisers mystérieux



 

 

 

 

ont pitié

les glorieux guerriers en elle ont été muselés

cri par cri

 

 

 

l'

âme femme flambe

feu d'une ville engloutie

par la montée des eaux du désir

 

des ordres la baillonnent

qui la noient       ou pire     

 

 

 

       

l'

île encore visionnaire

dans une ère non née

croquevillée pliée dans un placenta lunaire

sous mer sous terre lovée

dans l'attente en son noyau

de la délivrance

des mots les plus 

les plus

     

 

se taire


 

se taire enfin juste dire

non       et

oui

oui c'est son nom

son quitte chrysalide

née nymphe en liquide marin

née d'abyssales cathédrales où prière

d'admettre que tout est

profond et si dangereux

 

née là


là elle veut vivre



flamme assise l'

âme oscille

en avant en arrière en avant en arrière

entre amour et folie  

 

 

 

 

 

entre des graines de mots qui germent sans sève

mais qui savent attendre la saveur d'une pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hanna Sidorowicz, Visage, 2008

Son site visible ici

 

 

 

Tag(s) : #comme un écho

Partager cet article

Repost 0