Aurélia Lassaque écrit sa poésie en occitan et en français, la porte de sa voix comme un troubadour partout en France et loin, parfois très loin d'ici.

          Je l'ai croisée tout près dans la ville aux cassis, et il m'est apparu, au travers elle, l'évidence et la simplicité de partager la poésie non seulement par la lecture en "ermite", mais par j'allais dire dans, l'écoute joyeuse, comme cela se faisait autour d'un feu de bois et de ses fables.

          Elle voyage beaucoup, à la rencontre des autres artistes & des peuples, pour que la poésie soit une fête, accompagnée ou non de danses, de musiques. Pour que Poésie soit la religion humaine à part entière, païenne et sacrée. Une philosophie solaire. Qui permet que se prolonge notre esprit vers l'imaginaire qui ressource et qui questionne,  et que s'anime notre immersion dans la réalité la plus naturelle: celle qui fusionne nos traditions ancestrales et cette vie contemporaine.

          Aurélia Lassaque vit vibre en poète. Cela se ressent d'emblée. De ses yeux de ses mots pétillants, de toute sa présence authentique, jusque dans le chant qu'elle offre en occitan à la fin de la veillée.

 

 

 

 

 

 

302321_106040982876483_358660955_n.jpg    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour que chantent les salamandres

 

 

 

Extrait de Saint-Jean

Le Soir

 

 


 

 

 

 


 

 

 

Sous les tables et les chaises bancales, les enfants jouent à

la fable des premiers hommes...

 

 

 

 

La belle s'est endormie,

bercée par le mouvement de la dernière lumière sur ses

longues paupières.

 

Contre son dos,

la fragile ronde de la terre et les pierres qui dorment

dedans.

 

 

 

 

 

La brise ardente embrasse la tablée

et pose sur les lèvres humides

un parfum de dernier jour du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de Sant-Joan

Le Ser

 

 

 

 

 

 

Sota las taulas e los bancs garrèls, los drolles jogan a la

faula dels primièrs omes...

 

 

 

 

S'es endormida, la bèla,

breçada pel moviment de la darrièra lutz sus sas longas

parpèlas.

 

Contra son esquina,

la freula ronda de la tèrra e las pèiras que velhan dedins.

 

 

 

 

La brisa ardenta abraça la taulejada

e pausa sus las labras mostosas

un perfum de darrièr jorn del monde.

 

 

 

 

 

 

534446 120257491454832 792438809 n

 

 

 

 

 

 

Dans sa robe de nuit...

 

 

 

 


Dans sa robe de nuit

La mer a cousu

Un visage endormi.

 

 

Une sirène curieuse

Le veut pour elle seule

Et danse dans l'onde paisible

Avec celle que la mer emporte

Dans les profondeurs de son chant.

 

 

 

 

 

Dins sa rauba de nuèch...

 

 

 

 

 

Dins sa rauba de nuèch

 La mar a cordurat

Una cara aconsomida.

 

 

Una serena curiosa

La vol per ela sola

E bala dins l'onda suauda

Amb aquela que la mar emporta

Dins las prigondors de son cant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurélia Lassaque

               "Pour que chantent les salamandres"

                            Editions Bruno Doucey, mars 2013, merci à lui et à la collection "L'autre langue"

 

 

 

 

Couv.Aure-liaLassaque72dpi-231x300.jpg


 

 


 

Portrait, Aurélia Lassaque, par Isabelle Lagny

...et, les mains d'Aurélia...

 

Biographie, et autres extraits à déguster

   ici

                                                                                                     et 

 

                                                                                                                    et aussi

                                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 


Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures

Partager cet article

Repost 0