Les étés de Hölderlin - 3

 

 

 

En écho au Scardanelli

de Friederike Mayröcker,


 

L'été


 

de Friedrich Hölderlin


 


 


 


 

Der Sommer


 


 

Noch ist die Zeit des Jahrs zu sehn, und die Gefilde

Des Sommers stehn in ihrem Glanz, in ihrer Milde ;

Des Feldes Grün ist prächtig ausgebreitet,

Allwo der Bach hinab mit Wellen gleitet.


 

So zieht der Tag hinaus durch Berg und Tale,

Mit seiner Unaufhaltsamkeit und seinem Strahle,

Und Wolken ziehn in Ruh, in hohen Räumen,

Es scheint das Jahr mit Herrlichkeit zu säumen.


 


 

Mit Untertänigkeit

Scardanelli.

d. 9ten März 

1940.


 

 

 

 

P. 84

 

"Hölderlin-rouge-fleur", peinture en cours, /MC\ , huile sur toile, juin 2017

"Hölderlin-rouge-fleur", peinture en cours, /MC\ , huile sur toile, juin 2017

 

 

 

 


 

L'été


 


 


 

L'époque de l'année se voit encore, et la campagne

De l'été se dresse dans son éclat, dans sa douceur ;

Le vert du pré est magnifiquement déployé,

Où le ruisseau avec des remous dévale et glisse.


 

Alors le jour s'étend à travers monts et vallées,

Avec son élan invincible et son rayonnement,

Et des nuages vont en repos, en de hauts espaces,

Il semble que l'année s'attarde avec magnificence.


 


 


 

Avec humilité

Scardanelli.

 

Le 9 mars

1940.


 

 

 


 

P. 85

 

 

 

 

Suite de la transcription de tous les poèmes titrés

 

 

L'été

 

 

de Friedrich Hölderlin

 

 

 

Cette première vague de transcription comprend les poèmes L'été du recueil :

 

DERNIERS POÈMES

 

Éditions points / poésie

--- William Blake and Co. Édit., 2011 ---

Traduit de l’allemand et présenté par Jean-Pierre Burgart

Édition bilingue

 

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Poésie de langue allemande, #Hölderlin, #Scardanelli

Partager cet article

Repost 0