Débris de tuer - Matthieu Gosztola

en un mot tous ces êtres
pour qui le monde est plein de doutes

qu'une preuve matérielle les étrenne



Page 9

 

 

 

 

 

les humains

 

je ne les connais pas

 

je ne comprends pas

je ne parle pas

 

ma parole plus que les mots

est aussi de neige

 

pas de parole                                       (je clôture mon souffle)

 

 

 

 

 

 

 

garçons derrière une grille

 

ils ont fini le travail pour le jour entier

 

des jeunes sont déchaînés

on entend un siège une machette

 

ils chassent

jetant des massacres

 

d'abord je dois trois morts

et puis j'insiste pour vivre

 

 

 

(avant de prendre mon rang de cadavre je voulais contester)

 

 

(Aux environs du Lac Kivu, 20 mai 1994 a)

 

 

 

 

page 32

 

 

Débris de tuer - Matthieu Gosztola

(les cicatrices rappellent au monde
qu'on a coupé dans nos pensées)


Page 86

 

 

 

 

un champ

une chambre

mon rêve

 

est ma mort

 

 

je me lance

je fais très peur

 

le "tout comme"

aussi proche que la fête des sanglots

 

dans le présent je saurai ce rien

 

 

 

 

(Nyanza,1er-25 juin 1994 a)

 

 

 

 

 

 

 

 

leurs dessins sur des maisons mortes

sur des visages

 

suivant celui qui regarde

le choix me garde                                            kuroba

 

 

fouilles - l'espaceentreleplafondetletoitl'espaceentrelesoletlelit

l'espacedanslesplacardsl'espacedansleslatrines

 

fouilles dans les chiffons du monde

 

je suis capteur

 

 

mais je vois devant moi ce jour

qui a forme de cendre

 

et dans le champ

à marée basse                               du ciel

 

 

 

 

 

 

 

(Nyanza,1er-25 juin 1994 b)

 

 

 

pages 40-41

 

le poème s'apprend
par pertes humaines


liste est de faire mourir


Page 82

 

Matthieu Gosztola 


Débris de tuer 


Atelier de l’agneau 
 

 

Préface de Bernard Pignero,

2010, 89 pages. 
 

 

 

Photographies : Lisa Lesourd

« L’homme ne veut pas regarder la douleur de l’autre, à moins que cela soit la sienne. Il ne veut plus rien voir. Il ne voit plus le monde. »*



* Contacts.1, La grande tradition du photo-reportage, série documentaire. Raymond Depardon s’exprime ici.

http://debrisdetuer.blogspot.fr/

Lecture de Débris de tuer (Atelier de l’agneau, 2010) au Pannonica à Nantes lors du festival international « MidiMinuitPoésie » le samedi 15 octobre 2011. Poèmes, voix et improvisation au piano (Yamaha) : Matthieu Gosztola. Présentation : Sophie G. Lucas.

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Matthieu Gosztola, #Débris de tuer

Partager cet article

Repost 0