FPM 14 - et 13

 

 

 

J'ai appris la patience

je l'ai parcourue aux flancs

étroits dans le trajet à la bouche

 

ils disent que j'ai appris

à laisser dans l'assiette

des bouchées qu'avant je ne laissais pas

 

et ça m'amuse de le leur faire croire,

mentir sur les gestes dont je couvre

une vérité qui échappe à la plupart.

 

 

*

 

 

Ho imparato la pazienza

l'ho percorsa ai fianchi

stretti nel tragitto alla bocca

 

dicono che abbia imparato

a lasciare nel piatto

bocconi che prima non lasciavo

 

e mi diverte far loro pensare che sia cosi,

mentire sui gesti con cui copro

una verità che sfugge ai più.

 

 

*

 

 

Alessandro Brusa

extrait de La Raccolta del Sale, Giulio Perrone editore, 2013,

traduit & choisi pour FPM, par Silvia Guzzi,

 

in FPM 13, janvier 2017 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

Rappelle-toi

que sous le silence

de tes pas

plus vieux

cet écrin

fut aussi grabat

sabbat de la terre

doucement pleurant

ses mille jeunes

soldats abattus

 

 

*

 

 

Géry Lamarre, extrait de FORÊT III - Bois du Gheer, in FPM 13, janvier 2017 

 

 

Quatrième de couverture, FPM 14 - Format A4

Quatrième de couverture, FPM 14 - Format A4

 

 

 

*

 

 

Et nous cherchions,

la mer aux veines,

le voyage à rebours,

la sainte eau des sauvages,

la sagesse des tribus

nomades.

Le coeur débordé aux mains,

nous frappions nos corps,

comme des tambours -

les yeux crucifiés

au départ des bateaux -

 

 

*

 

 

Flora Botta, extrait, in FPM 14, printemps 2017

 

 

*

 

 

 

 

 

*

encore dans l'herbe juteuse

des flots on en saisit le bout

par mordre dedans

moiteur violette parois

de verre transies découvrent blanc

sur blanc l'axe vertébral quelques mots

dans leur boîte de chair

*

 

 

Rodrigue Lavallé, Falaise (extraits),  in FPM 14, printemps 2017

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

cri

dans ma longue nuit

dévoiler

 

ses mains de faute

ses mains de haute mère

sur l'aube verte

ses lèvres de prière

me crucifient de sa passion

longue nuit

je ne suis que

chair à palper

de ses mains de haute mère

 

esprit démembré

mon sang s'est figé

 

chair à palper

je ne suis que néant

dans la déchirure de

ma longue nuit

 

 

*

 

 

Margueritte C., Nuit de chair,  in FPM 14, printemps 2017

 

 

N° 14

N° 14

Déconseillons
Aux sculpteurs de se prendre pour des sculpteurs
Aux poètes de se prendre pour des poètes
Aux musiciens de se prendre pour des musiciens
Aux psychanalystes de se prendre pour des psychanalystes
Leur disons
Laissez les autres vous prendre
Pour vous-même en entier
Et prenez-les, ces autres, tels qu'ils sont
Et ne le savent pas
La beauté qui flotte sur eux

Alexo Xenidis, Précautions d'emploi, in FPM 14, printemps 2017

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Passages en revues

Partager cet article

Repost 0