Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fragment 67 - Ces yeux

 

 

 

 

 

Et donc lorsque le regard, ce regard, prend place

Dans toute votre chair

Êtes-vous comme l'hostie dans la bouche du Christ ?

 

 

Et alors que vous vous étourdissez sur l'écheveau des jours

Laissés pour morts

D'un novembre pluvieux,

La musique se moule en vous comme des mains

De faïencière

Votre silence se trouve intrépide et brûlé

Vif dans l'enfer de ces yeux

 

 

Brûlé et consolé par la même

Ailée d'ange désaffecté

Ailée de blanc de noir ramage

Rameaux d'ors fauves qui composent autour de ces pupilles

Une inquisition divine et

Les temps d'une rédemption.

Vous ne pouvez que vous sommer de disparaître

Dans la foule des apôtres pauvres et familiers.

Sous vos pieds tremblés de cette terre regorgée

D'étincelles qui vont fleurir,

Composer un jardin pour apprendre à aimer.

 

 

En vous-même déjà lorsque Nuit cambre la brume,

Qu'à travers les étoiles vous portez parole en ruine

Et que les premiers oiseaux picorent sur votre bouche

Votre rêve,

En déposent un peu dans ces yeux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte et peinture, Martine Cros

 

 

 

Tag(s) : #Fragments & Carnets, #Soleil noir

Partager cet article

Repost 0