Elle, et "son" océan

Elle, et "son" océan

 

 

ELEGIE DU SILENCE

 

 

 

 

Silence

duvet de cygne blanc

déposé par magie

sur le Sophora

arbre au miel

cocon de ta douleur

Solitude apprivoisée

Etouffer le sel des larmes

Respirer les murmures de la nuit

Fuir la cacophonie infernale

de toutes ces sirènes d'alarmes hurlantes

de tous ces morts jetés en pâture aux chacals et aux

hyènes ricanantes et goulues

 

 

Silence

hydromel caressant

de ses bras enlaçant les spasmes

de ton coeur

dénudé

 

 

Il te cajole te berce te console

t'offre les couleurs de l'arc-en-ciel

où les flammes crépitent

un beau soir d'automne

 

 

Silence habité des amants

Prélude célébré à l'orée des nuits

Tu te faisais sirène

te lovais en cette alcôve chaude

Ton âme fut tant caressée

-- sortilège damné --

ses corolles déployées

Ô cruel réceptacle du venin

Silence

que tu réclamais

loin de l'Agora

Silence

qui t'enveloppe et te laisse là

pelotonnée asphyxiée

vite ensevelie sous la vague tentaculaire

qui déjà

 

t'engloutit

 

 

Silence

prince des Ténèbres

glas orchestré des oraisons funèbres

Ce Silence

-- Ô ce Silence assourdissant --

te séduit

te protège

te captive

pour mieux t'emprisonner

dans les rets resserrés interminables

 

de l'attente

 

 

 

Pages 40/41

 

 

Françoise RUBAN

in

 

L'ÂME DES MAREES

 

éditions épingle à nourrice

/ Gens du monde

09/2014

 

 

 

 

 

Merci, mon amie.

 

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Françoise Ruban, #Océan

Partager cet article

Repost 0