Paysage mental, peinture de Laurent Reynès, qui a illustré ce recueil

Paysage mental, peinture de Laurent Reynès, qui a illustré ce recueil

 

 

 

in

Nostalgie de l'instant

 

 

Suite vénitienne

 

 

 

 

(...)

 

Veloutés les dômes

Sous la brume irisée

 

Ecarlates les lauriers

Dans les jardins masqués

 

De la splendeur d'été

Ces éclats nostalgiques

 

Nous tordent l'âme

 

(...)

 

D'impudiques senteurs

De jardins insoupçonnés

 

S'engouffrent dans l'antre

Des palais surannés

 

Capiteux et volatiles

Ces vestiges de saison

 

Quand le souffle de l'été

Cherche à nous étouffer

 

(...)

 

Rien sinon le bref passage

Des eaux sérinissimes

 

Rien sinon la promesse

D'un jardin de cloître

Gravé d'ombres et d'éclats

 

Suspendu entre l'origine

Et l'accomplissement

 

Le silence y préserve

Les parfums du crépuscule

 

Une Venise vraie

A jamais délectable

 

Sous le pas de l'insoupçonnée

 

Perfection de l'instant

Qui ne veut pas se dérober

Aux nuages parfumés

 

Entre deux coupes de Bellini

La nostalgie ne sera que plénitude

 

 

 

 

(...)

Pages 29-54

 

 



Sous le fracas des mots

L'élégie du silence






Page 74

L'insoupçonnée ou presque - Muriel Stuckel


L'évidence figurée ?



Un puits de transparence

Quand de ton désir bleu

Tu es là pour me dire toute








Page 86

 

 

in

L'Insoupçonnée ou presque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le faire-corps avec la langue est le poème.

Pascal quignard

 

 

 

 

Sur le bout des mots la langue

 

 

Langue de chair humide glissante

Langue de chair qui s'abrite palpite

Langue de chair impudique

 

 

Qui ose se dérouler en syllabes

Voluptueuses tortueuses

 

 

Langue de chair gourmande fracassante

Quand les étoiles cheminent

Quand la lune se pare de nacre

 

 

Langue de chair pulsatile gracile

Pour décliner les voyelles

Du désir le plus fou

 

 

Langue de chair vibrante grondante

Quand les fureurs se déchaînent

Âcrement sauvages

 

 

Langue de chair vagabonde

Où se tisse la toile cosmique

Des grands vents pèlerins

 

 

Langue de chair intrépide

Où se lovent les rêves

Qui martèlent harcèlent

 

 

Langue de chair ardente brûlante

Où les mots s'enflamment

 

 

Auréoles de feu

Qui scandent les cieux

Guettent les dieux silencieux

 

 

Auréoles de feu

Qui cherchent le soleil

 

 

Langue de chair humide glissante

Les mots sont ton destin

Ton humaine fatalité

 

 

Tu ne saurais en venir à bout

 

 

 

 

(...)

Pages 96-97

 

 

De tes ombres intimes

Tu accèdes à l'éclat du deuil






Page 113

 

 

in

Le nénuphar primordial

 

 

 

 

 

 

 

Quand des eaux nocturnes

Le nénuphar blanc surgit

 

Le coeur jaune vif palpite

De ses battements de soleil

 

Minuscule chorégraphie

Dans le souffle du poème

 

Qui se courbe de désir

 

 

 

 

 

(...)

Page 123

 

 

 

 

Muriel Stuckel

 

L'insoupçonnée

ou presque

 

peintures

Laurent Reynès

préface

Bernal Noël

 

éditions

VOIX D'ENCRE

2013

 

Photographie (lalucarnedesecrivains.wordpress.com) pixlr-isée par M.C. (L'insoupçonnée...)

Photographie (lalucarnedesecrivains.wordpress.com) pixlr-isée par M.C. (L'insoupçonnée...)

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Muriel Stuckel

Partager cet article

Repost 0