Arcade, sourcil - Encre et peinture vitrail

Arcade, sourcil - Encre et peinture vitrail

 

 

 

 

Dans l'abbaye délicate de certains visages

Le tracé des doutes est tel une rivière

Et les berges appellent en cendres le héron

Qui pourtant déploie

Ses ailes argentées juste là,

Au sommet où le baiser se pose

Toujours à la cime

Surplombant les pans de solitude de silence,

Un baiser ourle le ciel d'un nuage blanc ;

Un voile léger dans l'immensité bleue,

Un regard intense dans l'océan des inaperçus

 

 

 

 

 

M. C., 20 mai 16

 


 

Tag(s) : #Fragments & Carnets, #Elizabeth Sombart, #Chopin

Partager cet article

Repost 0