SOLEIL NOIR - Ouverture & Sextet

La femme n'a pu aller à l'église, elle célèbre chez elle cet instant de recueillement; la fenêtre est ouverte, elle est tournée vers elle, et on dirait que depuis le village, par-dessus la plaine lointaine du paysage, le chant des cloches monte vers cette fenêtre et entre dans la pièce, et que les chants des paroissiens s'évade de l'église et vient mourir ici, et que la femme suit le texte de son livre.





Georg BÜCHNER, LENZ, traduction de J-P Lefebvre, Éditions Points

 

 

 

 

 

Sextet aux tombales

Violines

Empourprées de feuilles

Fatales

Tombée de jour morne

Auroral

Qui clôt les désirs fous, errants


 


 

Sur le lac innommable

Court la ride 

Briséale

Surface lapée de ciel oriental

Aucun frémis de corps dans la halte

Nuptiale

Maudite sois-tu, Barque de Parsifal !


 


 

Se glisse le renoncement comme un vent doux

Glisse sur la rosée matinale

Aucune forêt virginale

Qui ne mette au vert

Le tendu de la toile

Sur le désert !


 


 


 

Quel supplice, ce Graal ! Quel délice ! 

Avec Daumal aller ce contre-ciel sidéral

Vers l'exil des mystiques en ruines,

Gravées

Dans le chaos ordonnable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine Cros Poésie

 

 

Tag(s) : #Soleil noir

Partager cet article

Repost 0