Dessin de Max Jacob, ADAGP, 2015

Dessin de Max Jacob, ADAGP, 2015

Nous irons à sa recherche
nos douleurs sont des flambeaux.

Max Jacob - La vérité du poète

PHEDRE

- Extrait -



II



"Quels sont tes charmes plus doux et doux qu'une torture?
Les hommes laissent-ils leur trace en ta chevelure?"
Voyez ces paupières malades par l'amour!
L'amour lui sert de vêtements et d'atours
et c'est de l'amour qui coule de ses regards,
non pas comme un poison mais comme un léopard.
Sur cette joie opiniâtrement belle
des hommes affamés ont posé leurs bouches ;
de nouveaux hommes ont vu rouge
d'autres hommes encor ont vu rouge sur elle.
Je l'aurai tout à l'heure.
Elle ne sera belle que pour moi
quand je me poserai comme sur une croix.
Ses yeux ne seront tendres que pour un instant.
Elle est vêtue comme l'été
sa traîne sont les siècles et ses manches les heures.

C'est pourquoi je me dis : " Le Christ ne peut rien !
Tant il y a de fleurs et tant moins de gardiens!
Que peut l'Eternité si tu la transfigures?"





COULEUR DE L'AUBE

- Extrait -


Eveillez-vous ! sortez des brouillards de l'aurore
corbeaux qui secouez les draps noirs du sommeil
de la ténèbre vaine atteignez les bosphores
retardés par le rêve alourdi des tunnels.
Votre appel coléreux est le cri de la terre.
Elle espérait le jour, vous dîtes :" Aujourd'hui!"
C'est la Pâque éternelle des jours avec les nuits.
Les nuages d'argent reconnaissent les pierres
les restes d'un déluge, ô corbeau de Noé!



Max Jacob - La vérité du poète

NOS PECHES



SIX HEURES DIX

-1ères et dernière phrases-


Défrichez, ô mon Dieu, les landes de mon âme. J'écoute dans moi-même la clameur des péchés, j'en suis le cimetière ; revenants ils s'éveillent pour m'accrocher vivant aux poternes de l'enfer. Je m'abhorre, Dieu m'abhorre, mon visage est rapetassé par mes scandales intimes.

(...)

Ô mon Dieu, donnez-moi l'adhésion à mes propres paroles. Ainsi soit-il!



Dessin de Max Jacob, ADAGP, 2015

Dessin de Max Jacob, ADAGP, 2015

CHOIX ENTRE
PARADIS ET ENFER



DIX HEURES

-1ère et dernière phrases-


A tout moment nous nous trouvons entre le Paradis et l'enfer, à tout moment nous optons pour l'un ou pour l'autre.

(..)

La vérité sur moi-même : boue ou lumière?







Max Jacob - La vérité du poète

-Extraits -


5


Il y a la matière poétique. Le poète la sent et sent aussi quand il la détruit. Heureux le poète qui élabore sans effort, dans cette matière, qui s'y maintient, y agit, y vocalise naturellement : ils sont rares. Je pense que Valéry et Mallarmé se donnaient et se donnent beaucoup de mal pour danser sur leur corde. A mon sens, Guillaume Apollinaire a pu amener dans la matière poétique les objets les plus hétéroclites sans faire déchoir sa position. D'autres ont essayé.



6


La belle poésie tout en restant matière poétique tient sa beauté de l'insondable.


(...)


"Tous les mots que j'avais à dire se sont changés en étoiles
Et porteur de soleils je brûle au centre de deux nébuleuses
Et j'espérais la fin du monde / Mais la mienne arrive
en sifflant comme un ouragan."


Quoi de plus imprécis, de plus fort, de plus lyrique que ces trois vers d'Apollinaire?
Le lyrisme est une exultation qui s'exprime harmonieusement sans souci d'une autre vérité que la vérité du poète. On parle de sincérité ; on en parle à tout bout de champ. Il est certain que la sincérité de l'émotion est la qualité essentielle de sa force. On peut la simuler. Le poète suffisamment fort pour se donner des émotions peut simuler la sincérité ; mais ce qui fait la grandeur c'est l'accent et de la sincérité vraie ou fausse. Sincérité dans l'amour des mots employés, sincérité vraie ou fausse dans l'émotion du poète. Je me résume. Le lyrisme est un conflit intérieur dont l'harmonie expressive est la condition essentielle.

(...)

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Max Jacob

Partager cet article

Repost 0