les flancs des montagnes,

les plus abrupts, ne se rejoignent

ils pas dans ce vallon si féminin,

frais et verdoyant, où l'eau

s'écoule murmurant

que neige fonde

la nouvelle harmonie

dans le blanc juste se trace

mon insomnie

dans tes gouttes de temps

 

te verrai je si

les flancs sont éboulis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(extrait) 

 

 

Caspar David Friedrich, Ruines dans le massif des Géants, vers 1834, Huile sur toile, 72 x 101 cm, Pommersches Landesmuseum, Greifswald

Caspar David Friedrich, Ruines dans le massif des Géants, vers 1834, Huile sur toile, 72 x 101 cm, Pommersches Landesmuseum, Greifswald

 

 

la nouvelle harmonie....

 

 

 


     A une raison

 

 

 

Un coup de ton doigt sur le tambour décharge tous les sons et commence la nouvelle harmonie.
     Un pas de toi, c'est la levée des nouveaux hommes et leur en-marche.
     Ta tête se détourne : le nouvel amour !
     Ta tête se retourne, — le nouvel amour !
     "Change nos lots, crible les fléaux, à commencer par le temps", te chantent ces enfants. "Élève n'importe où la substance de nos fortunes et de nos voeux" on t'en prie.
     Arrivée de toujours, qui t'en iras partout.

 

 

 

 

 

 

 

Rimbaud

Les Illuminations
Poèmes remis à Stuttgart
Feuillet 10.
 
 
 
 
 

 

Tag(s) : #Fragments & Carnets

Partager cet article

Repost 0