Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Détail

Détail

 

 

 

 

 

 


 

Eloge de la faille


 


 


 


 

 

Finalement       la nuit est là pour nous rappeler combien est fragile la lumière      combien sa voix peut être emmurée par l'aveuglement de qui nous regarde soudain       lorsque l'amour en nous porte cette lumière à notre bouche         les barbares  exècrent l'incandescence         et les baisers,       et ce qui se prononce de trop intime : la pure voix, la voix farouche       ils la fouettent,       puis ils regardent ailleurs        là où les lâches rampent à leurs pieds

 

 

 

 

Il y a une voix à l'intérieur de la voix       la voix du consentement au désir dont l'onde gravit la peine et soudain       enfoncement de quelque chose d'une urgence qui cesse       un naufrage presque honteux sur le geste quotidien       aiguë est mon âme lorsque se prend mon corps entre les doigts de ces violences       aiguë est la voix qui proteste,       aiguë est la voix qui jouit       grave est le pleur 

 

 

 

 

Paroxysme des abyssales       contusions qui jamais ne sont unes et uniques mais multipliées jusqu'à l'immersion des sens dans la faille du mensonge

 

 

 

 

Des femmes douces s'épluchent au bain de minuit       ablutions faites des titans, compte-rendues, elles s'ouvrent       quelqu'une a-t-elle pleuré dans l'abandon ?       Ou est-ce novembre qui vient flageller les pieds encore nus ?       Dans l'aube il va falloir marcher, pourtant

 

 

 

 

 

Le ciel s'empourpre d'émeraude et c'est la nuit       la luz va venir faire sa philosophie      la grande vague sera là, avec ses mots brisés comme des vieilles digues       mais avant qu'elle ne me submerge       en marge quelqu'un a tendu la main       quand la voix parle, quelque chose veille sur ce qui s'écrit de la vague       et quelque chose pleure dans la main,       qui console,       comme un éloge inattendu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les voix, dessin au bic, 2014

Les voix, dessin au bic, 2014

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0