Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reiner Kunze - Invitation à une tasse de thé au jasmin - 2

 

 

 

 

 

Extraits de la préface de Jean-Pierre Dubost:

 

 

 

 

 

NAISSANCE DE LA FABLE

 

 

 

 

"L'extrême condensation de la langue poétique de Reiner Kunze métamorphose en quelque sorte la poésie en fable, mais sans qu'elle ne cesse d'être pure poésie. Il ne s'agit bien sûr pas d'une simple question générique. Mais parce que cette poésie n'est pas étrangère à la riposte, parfois cinglante, du vers au pouvoir et parce qu'elle crée, comme la fable, de par son étonnante brièveté, une zone de silence autour des mots et égrène d'admirables leçons de vie à partir d'impalpables moments, elle s'inscrit dans la longue tradition du face-à-face du poète et de la violence, de l'esthétique et du politique. Et dieu sait si ceux qui ont donné ainsi la riposte à la Grande Fable du pouvoir par la fragile fable du poème sont légion. 

Nous ne retenons trop souvent que les oeuvres, oubliant que c'est d'une longue expérience d'ostracisme qu'elles tirent la force de leur réponse à l'ordre du monde, aux pouvoirs. La poésie est une toute petite flamme dans le vacarme du monde. Mais elle ne s'éteint jamais. 

 

 

 

Pages 11-12

 

 

 

 

 

 

 

 

(...)"l'hymne" adressé à une femme soumise à un interrogatoire politique (p.54-55) (...) apporte le contrepoids du réel . ausgesetzt ihren blicken habe sie / alles erfahren // über sie ("exposée à leurs regards elle a / tout appris // sur eux"). La violence, c'est ici la transparence des mots, ou plutôt la folie de penser que cette transparence est la Loi et que celui qui s'y oppose (et la poésie ne peut ici qu'entrer en dissidence) est par principe coupable. La violence politique et l'impudeur sont les deux versants de la Grande Fable. 

 

 

 

Page 15

 

 

 

 

 

 

TOUCHER

 

 

 

 

Quand le monde touche l'âme et que le sentiment engendre l'oeuvre, une césure s'ouvre. 

 

 

 

Page 17

 

 

 

 

 

 

FABLES DE QUAND NOUS NE SERONS PLUS

 

 

 

 

"Un homme qui dort, tient en cercle autour de lui le fil des heures, l'ordre des années et des mondes", écrit Proust dans les premières pages d'A la recherche du temps perdu. Mais pour qui sait entendre jusqu'au bout le temps de la vie -- son "être pour la mort" --, le très court instant étiré du temps d'une vie, la beauté comme clin d'oeil entre l'apparaître et le disparaître dont parle Albert Camus, que R.K. cite au tout début de ein tag auf dieser erde, échappe à la mélancolie. Dans l'insomnie du poème, l'homme qui, tel un gisant veillant dans la nuit, peut encore "secouer le silence"(p.122-123) sous sa tête, se pense, encore "de ce côté-ci", ici sur cette terre et dans le temps, comme un silence futur, quand il sera couché "de l'autre côté", espace-temps que le poème d'avance écrit de ses mots.

 

 

 

Pages 21-22

 

 

 

 

 

                                                                                                 Jean-Pierre Dubost

 

 

Reiner Kunze, 1994, source : https://www.dhm.de

Reiner Kunze, 1994, source : https://www.dhm.de

 

 

 

Nachts

 

 

 

 

Unhörbar lehnt der hang am haus

 

Noch liegen wir

diesseits

 

Noch können wir die stille unter dem kopf

aufschütteln

 

 

 

 

 

 

 

 

La nuit

 

 

 

 

 

La pente s'appuie sans bruit à la maison

 

Nous sommes encore couchés

de ce côté-ci

 

Nous pouvons encore secouer le silence

sous notre tête

 

 

 

 

 

 

Pages 122-123

 

 

 

 

 

                                                                                              Reiner Kunze

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reiner KUNZE,

 

Invitation

à une tasse de thé au jasmin,

 

Anthologie personnelle de Reiner Kunze,

Traduit de l'allemand par Muriel Feuillet et Mireille Gansel,

Edition bilingue,

 

Préface de Jean-Pierre Dubost,

Collection D'une voix l'autre,

Collection étrangère dirigée par Jean-Baptiste Para,

 

CHEYNE éditeur, 2013 

 

Tag(s) : #Poésie de langue allemande, #Reiner Kunze

Partager cet article

Repost 0