Photo : Heinz Bachmann

Photo : Heinz Bachmann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notturno

 

 

 

 

 

 

 

En cette heure-là

tu étais devant ma bouche

comme une comète.

Je saisis tes mains

comme pour une prière.

Là où notre haleine se rejoignit

se trouvaient les incendies,

qui vifs s'enflammèrent

et sans égards me soulevèrent

en une vague.

 

 

Dans le désert aucun puits

jamais encore ne me fit

courber de soif

comme le tendon de tes blanches épaules.

Ton habit ajusté

ma main a toléré

plus qu'en hôte.

 

 

Tu étais mien.

Dans aucun mot, dans ton silence uniquement

je lisais ton bonheur.

Puis tu repris pourtant

le chemin du matin gris.

 

 

Combien de fois encore immobile, le regard fixe

et rêvant, je t'exige et t'attends et t'espère

et me tourmente en pensant de nouveau à toi.

Mais comme les présents trop rares

que l'on perd, aucun jour ne te ramène.

Combien de fois aussi je t'appelle

dans les plaintes et les prières.

 

 

 

 

Ton ombre est également une lumière

qui s'étend infiniment

Un son venu des profondeurs de la mer

Sur la corde de silence un chant.

 

Elle est la douleur à vif, étrangère

Et angoisse dans les rêves

Elle pousse un cri en se déchaînant

Dans un lâcher d'écume bouillonnant.

 

Dans la plus belle des nuits étoilées

La fraîcheur tout autour s'épanouit

Et sur le monde transfiguré

Une incandescence élevée jaillit.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 79 / 83

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notturno

 

 

 

 

 

 

 

 

In jener Stunde

warst du vor meinem Munde

wie ein Komet.

Ich fasste deine Hände

wie zum Gebet.

Wo unser Hauch sich traf

standen die Brände,

die hell entfach

mich ohne Bedacht

hoben zur Welle.

 

 

Wie deiner weissen Schultern Band

so hiess noch keine Quelle

in einem Wüstenland

mich dürstend neigen.

Dein schmiegendes Gewand

duldete meine Hand

mehr, denn als Gast.

 

 

Du warst mein Eigen.

In keinem Wort, nur deinem Schweigen

las ich dein Glück.

Dann gingst du doch zurück

den morgengrauen Weg.

 

 

Wieviele Male steh ich noch und starre

und träum, verlange und harre

und schmerze mich in neuem Dein-Gedenken.

Doch gleich den seltenen Geschenken,

Die man verliert, bringt dich kein Tag.

Wieviele Male ich auch klag

und betend nach dir rufe.

 

 

 

 

 

Dein Schatten ist ein Licht zugleich

Von ungemessner Weite

Ein klang aus einem tiefen Meer

Ein Sang auf stiller Saite.

 

Und ist der wunde fremde Schmerz

Und Bangigkeit in Träumen

Und jauchzt entfesselt einen Ruf

In freiem Überschäumen.

 

Und in der schönsten Sternennacht

Ist Külhe rings im Blühen

Und über der verklärten Welt

Entspringt ein hohes Glühen.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 78 / 82

 

 

 

 

 

 

 

 

(In Poèmes de jeunesse 1942 - 1945)

Ingeborg Bachmann

Toute personne qui tombe a des ailes

Poèmes 1942 - 1967

 

Edition, introduction et traduction de l'allemand (Autriche)

par Françoise Rétif, édition bilingue

nrf  POESIE / GALLIMARD 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notturno - Ingeborg Bachmann
Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Ingeborg Bachmann

Partager cet article

Repost 0