Oskar KOKOSCHKA Drawing

Oskar KOKOSCHKA Drawing

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

je bois du sable chaud

le torrent me dévore

dévale mes veines

à peine

et la boue m'écartèle

et le désert s'étend

vers l'orient    l'été

se meurt

et le soleil à l'aube

 

l'aridité des mots 

a des draps de satin

 

Héméré dort debout

dans les bras du dédain

 

 

 

les sensations  les larmes 

et la gousse d’écume

 

 

 

 

la rivière me floue

et me porte à sa brume

noir esquif  je

deviens

 

 

Erèbe est nue il est belle

 

 

 

et nos chutes  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0