Photographie, Françoise Ruban

Photographie, Françoise Ruban

 

 

 

 

 

 

 

taire

                      __ et garder enfouie __

 

 

cette frontière __ sans l'être __ qui joint     épouse l'eau     le sel

piment de perle 

                                  et d'air

 

 

 

 

 

jamais

                       les tourments ne sont ensevelis sous les vagues de gris

 

 

 

 

cette ligne en habit mat blanc / noirci

hors du temps et en dedans de lui

tant il noce, dans ce septembre indéfini, 

l'or des fêtes galantes de

la mélancolie

 

 

 

orgies __ vives tablées de sable qui nous fuient

et n'échappent à la passante qui prie  __ muée en roseau jonc sans pliure et sans bruit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce jour, sur une photographie de Françoise Ruban, poète ,

à qui je dédie ces quelques mots. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0