Qui sait si notre amour vient de nous

Toujours le rivage apparaît         le rivage                                  plus près qu’il n’y paraît

Mais c’est une mer qui monte à l’orée de tes sexes       Des yeux vastes impérieux

s’y sont noyés du reste      Le sang d’encre des douces errances gicle     

L’éternité et l’autre côté s’effacent                           Seule une vallée serpente d’entre les limbes 

et les roses       Une fluorescence d’images sans ripostes l’arrose

Toujours ma tempe au temple inassouvi        Ivre de colonnes et de fleurs diaprées

matelassées de parfums de novocaïne           Couche rouge de cadmium  &  angle droit        

sanguines :     ce sont les ordres           Et au-dedans des ordres :          

le beige apaisant du cercle    

fraîche luminescence          Le paisible dans l’alliance vers un horizon brumeux

qu’il  FAUT  trouer de lumières          

N’être maintenant ni humaine        ni animale ni sacrée        ni souffle ni pensée          

Une cicatrice préservée de l’oubli            Un long travail d’escalade          

entre un profond violet assis à la blancheur du commencement

 

 

 

 

 

21 juillet/ 26 juillet

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0