je te regarde lire je suis la sensation d’entendre ce nocturne de Chopin une rose jaune piquée là dans mon coeur domanial une pluie de poèmes de Yeats me caresse dont je revêts la robe j’aime cette barque lente sur les eaux calmes des lacs robe des brises fuselantes drapée de rêves épars je te regarde lire là et je suis en liesse

 

 

 

23 juin 15

Tag(s) : #Le journal imaginaire

Partager cet article

Repost 0