Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
aller aux essentiels

aller aux essentiels

Menu
14 juillet

14 juillet

Calanque

Calanque

 

 

 

 

Qui sait si ce que nous écrivons vient de nous    

Quel souffle nous traverse et de quelle source notre pensée jaillit-elle     qui tient les rênes de l’inspiration     renouvelle en nous chaque jour l’intuition que nous éprouvons à regarder     entendre les choses vivre     qu’il faut les écrire

Rainer te souviens-tu     Kerouac nous lisait des haïkus pendant que je tentais de pénétrer les entrailles d’une déclaration

J’écrivais :

 

sans mot                     déclarer                     avec regard

ce qui n’égare                      pas à pas ouvrir à l’autre

les pétales du passage vertical             parois à mains nues

     m’agrippe glisse sans m’enliser      pour une fois 

offerte sans pudeur         enfin libre le temps d’un paysage

le plus beau pays                                                 qui soit

                      tempe posée entre les seins 

                                   

 

Cette femme Lorena tu sais Rainer toi qui aimais aussi plus fort qu’écrire
mais écrire est une question de vivre      tu m’as lu une élégie je n’ai rien entendu

D’oreille que pour m’abandonner au vent magique      au souffle le mot que peint
le corps trop occupé à l’absence     le mot incessant d’être vécu et qui sera perdu
dès l’aube                         d’une certaine manière    

à mains nues je m’agrippe à
la verticale des légers trop légers dégradés de la vie     tu t’allonges alors
l’horizon est à moi le temps d’un pays
vers ton souffle mon âme       j’épouse et meurs à la fois       je ne suis aucun cachot
seule moi-même sous mes mains engourdies ne peux éteindre feue la plaine
que je viens de traverser      

noir violet noir       et rosace de beiges       longue ballade
dans les brumes de tes forêts       ton sourire me fixe       s’y maroufle le mien
Et l’estuaire de la nuit

J’entends les oiseaux s’ébrouer dans le gazouillis de l’aube     je pose ma tempe
entre tes seins      le temple de ma tempe     Aux entrailles des mots
je prête ma déclaration dans la nef d’un soupir
Le sacrement n’est pas donné là où on croit

 

 

 

 

 

À propos                 Kérouac nous lisait-il des haïkus

 

Toujours la fente et la falaise
et le mot     proie de venin.

Toujours le temps du pays
Est-il libre qu’il y a pleur
aux frontières               Et la perplexité.

Toujours comme la déclaration
ne doit jamais n’être aucun doute.