(25/10/2014 /// 11/06/2015)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dans la pâleur égarée.

mettre en notes 

la voix calme

et soudaine.

soi-même

sculpté dans

la veine incomprise

de sa propre roche.

 

 

 

 

 

 

 

à moment donné ne plus faire autrement que partir.

de soi.

 

à moment, la beauté saura lire

les lieux

où il fut impossible de s'abandonner.

 

 

 

 

 

 

 

lumière    lumière, viens

 

 

 

 

 

 

 

chaos, avoue

 

le silence

 

 

dans un regard peut être.

 

 

 

 

 

 

 

 

près de l'autre tout

est extrême trop extrêmement moi

qu'à espérer je cherche un synonyme : 

 

 

est-ce néant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je répare

des battants de portes de la vie d'avant avec des clés de

papier

 

je peins

avec des mots de brume cela ne sonne

pas vraiment faux.

 

 

pas besoin de majuscules pour

noter le fil ténu d'un oubli de soi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à moment

viens danser avec mes gestes

maladroits

à moment

donne-moi l'ampleur d'une forêt de vent

vierge.    

rends-nous

possible l'abandon aux sévices du

rêve

 

car il s'amenuise

 

à moment

 

la lumière vient sur les clairières du corps 

aux racines sectionnées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rester l'ombre

même rare

sous peine

d'être blessé

par ce ciel

trop bleu.

je ne le

puis plus.

je pars

sonder

l'intelligible

nuit

qui ne

dort pas 

 

et que j'éclaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine Cros

à Leili

 lumière, viens sur les clairières du corps

lumière, viens sur les clairières du corps

Tag(s) : #Nouveaux temps

Partager cet article

Repost 0