Café Des Beaux-Arts - Chroniques Poétiques À Dijon - III -

 

 

 

 

Âme ! être, c'est aimer.

 

Il est.

 

C'est l'être extrême.

Dieu, c'est le jour sans borne et sans fin qui dit : j'aime.

 

 

 

 

Victor Hugo

 

 

 

Café Des Beaux-Arts - Chroniques Poétiques À Dijon - III -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13-06-15

 

 

 

 

 

 

 

 

devais aller 

 

 

 

 

 

 

 

tout un monde attendait

 

 

l'entrée

dans vos paroles

 

et lorsque je sortis

 

 

nouais leur saveur

aux larmes inutiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

prenant un café

je guettais

la finesse fragile

dont j'avais

des doigts de fils cousus

aux paupières

 

 

 

 

 

 

 

 

effleure la chair

qui vient de

prononcer tes actes

 

 

 

 

 

 

 

 

ouverture

liante liane

 

du spirituel         en poésie

sondant les textes    soufis

tu lis Victor

Hugo

pour trouver la musique

le rythme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

comble ma poète vincible

 

j'abandonne depuis longtemps

 

viens et vas

subtile entre

mot et silence

voie sacrée voie

qu'ouvre un travail

dans la faille de l'autre

ou dans l'exil de soi 

 

 

 

 

 

abandonne à l'âme

qui déjà a saisi

l'or du monde

et les offre

 

 

 

 

 

 

pèlerine

 

 

laisse guide

ce qui vient et va puis revient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

au début d'ailleurs

elle défaille

qui d'elle ou de toi

défaille

 

toi là

par hasard

 

 

 

 

au présent de l'inconnu du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aller à toi telle que je suis

c'est ainsi que je m'accepte

 

 

 

 

 

 

 

 

une flèche de feu traversière

de vies

 

, et d'aubes qui s'endorment

 

 

 

 

 

mais si tu veux me trouver

cherche moi en toi 

dit d'Avila

 

 

 

 

 

psaume dans tes doigt Leila

oiseau de lune

nuit noire illuminée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ni loi

ni foi

 

ce qui compte ce sont les

Oeuvres

 

 

 

 

 

 

 

je me terre

enfin

 

de peur de déchirer

le pagne des nuages du ciel

 

 

 

 

 

 

 

 

parabole parle

mot

motus motet moteur

mouvement de ta voix

Dom Olivier

& toi

ouvriers de nos pas

suivant

la ligne du bord

falaise

 

 

 

 

 

 

 

 

terriers et crêtes

 ,vertige

 

 

 

 

 

 

 

le mot et son miroir

,silence

 

 

 

 

 

 

 

 

l'olivier épanoui là haut

, mèche de vent calme

 

 

 

 

 

 

 

 

il n'y a plus de couloirs

 

le labyrinthe leurre

car l'amour va 

au delà

des murs et

des silences

 

 

 

 

 

 

 

là où la vérité trouve son écho

est hors de soi

 

 

 

 

dans les mains l'autre  ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

monstre de soi 

dévore

 

 

 

 

 

 

 

 

toi tu n'as pas faim

n'offres que ta

présence

 

au monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ne peux être

serviteur

que lorsque tu te soustrais

de toi

 

 

 

 

 

 

impossible de n'être qu'une passante ici bas !

 

 

 

 

 

 

 

 

il y a dans mon coeur

quelque chose qui aime

avant tout l'autre  dit elle

un piano dans la voix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine Cros                        Merci à

 

Leili Anvar

                                       et à

 

Dom Olivier, moine de Citeaux,

 

 

 

 

écrit à Clameur(s), Dijon, le 13-06-15

 

 

 

 

Leili Anvar - Dom Olivier

Leili Anvar - Dom Olivier

Tag(s) : #Clameur(s) Dijon, #Leili Anvar, #Olivier Quénardel, #Café des Beaux-Arts

Partager cet article

Repost 0