Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Illustration : studio Ultragramme

Illustration : studio Ultragramme

 

Antoine Graziani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie muette de Michelangelo Merisi,
dit le Caravage, peintre

 

 

il peignit
sa tête morte
et séparée
du corps


la livrant
aux mains
équitables
de David


il eut
à l’aplomb
du larynx
au ciel
d’esprit
de cette tête
une brisure
sans cesse
fulgurante


un oeil
fixé
vers le haut


il devint nomade
après que la pluie
eut traversé
la demeure


trouée
par cet oeil


voici le ciel
amour
et violence
de persécution
tiennent liés
les corps
dans le silence
et l’indistinction


que seul
défait
le supplice il se plaça
dans la composition
dont il pensait
qu’elle était
la volonté
du monde


il se plaça ainsi
à l’intérieur
de lui-même


à l’orée
de la lumière
et du meurtre
que sa main
ne put prévenir


au point
de la descente
du temps
ici-bas


Laudatu si mi signore
per frate sangue
che non e
solo sangue
humanu
ma per ellu
in nostro corpo
corre
la tua vita
eterna


Peintre
il signa son nom
dans le sang
de Jean le Baptiste
- premier martyr –


qu’il venait
de figure


le nom
se remettant
à la lettre
et celle-ci
au sang

 


comme à sa prime
matière


frère sang
par qui nous
ne pouvons être
seulement nous-mêmes
et qui nous défait
emporte
dans ton encre
splendide
ce nom
clos comme les yeux
du mort
au lieu
qui te réclame
et te révèle


il mourut
quand la terre
l’espace d’une seconde
naufragea
dans le ciel
qui la désirait


auprès d’un feu
qui lui semblait
un cheval


dans le sillage
d’un navire
heurtant
le soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vita muta di Michelangelo Merisi
Dettu Caravaggio, pittore

 

 

u so capu
l’hà pintu
mortu
è staccatu


poi l’hà messu
in manu
di ghjustizia
in e mane
di Davide


avia in cima
di stu capu
da sopra
a cannella
in’ celu
di spiritu
un fulmine
senza riposu


un occhju
per sempre giratu
insù


li s’hè vulsutu
à fughje
quandu st’occhju
supranu


finì per apre
u tettu di casa
lascenduci corre
l’acqua


eccu u celu
amore
è azzuffi
di persecuzione


tenenu à tutti muti
è liati tantu
ch’ùn ce mezzu
di sfà l’unu di
l’altru corpu
nè mancu
di ricunoscelu


se l’ùnn’ hè
per turmentu
cumu fu cumposta
a vuluntà
di stu mondu
subbitu l’hà sapiuta
è ci truvò
spaziu


hè cusi
chì truvò
spaziu
in se stessu


quì duve u tempu
scala
in locu
nostru
bassu


à l’arice
di u lume
è di l’omicidiu
ch’a so mane
ùnn’ hà pussutu impede


Laudatu si mi signore
per frate sangue
che non hè
solo sangue
humanu
ma per ellu
in nostro corpo
corre

la tua vita
eterna


Pittore
signò
u so nome
in u sangue
di Ghjuvanni u battistu
primu martiriu
mentre chì finia
di pinghjellu


u nome
s’arricumandendu
à a lettera
è ella
à u sangue


cume à a so unica
materia


frate sangue
per quale
solu se stessu
ùn si po esse
è chi à l’ultimu
à tutti sciogli
arricogli
in’ lu to splenditu
inchjostru
questu nome
chjosu
cume l’occhji
di u mortu
è portatilu quassu
duve ti cunnoscennu
duve si chjamatu
Morse
quandu a terra
u tempu d’un’occhjata
in lu celu
chi n’avia brama
fu summersa
à cant’à un focu
chi li paria
un cavallu
à u mare
ch’un batellu banga
fin à inticcia ’n u sole

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Antoine Graziani

(Poème inédit, Cismonte, Castagniccia)

 

 

 

 

 

 

 

 

UNE FENÊTRE SUR LA MER / UNE ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE CORSE ACTUELLE

Recours au Poème éditeurs pour cette édition numérique

© Angèle Paoli pour l’anthologie

© chaque auteur pour ses propres textes.
 

Dépôt légal : décembre 2014

Couverture : Sophie Cure
Illustrations et développement du ebook : studio Ultragramme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Poésie corse, #Antoine Graziani, #Angèle Paoli, #Recours au poème éditeurs

Partager cet article

Repost 0