de naître

s'est arrêté

 

 

le chant des portes

 

 

 

lune à l'or

vis à vis

de visages

 

lèvres 

à lacs

aveuglants 

 

près

à présent

 

 

 

 

 

 

reviens   ! 

dans ma demeure me mourir encore un peu

 

 

et renaître

s'est avéré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'alentour 

rose allant

aux églises

englouties

 

le lac boit la statue de la vierge

arrimée aux eaux de la brume

 

 

 

à la seconde même

je suis la seconde qui ne finit jamais

où je fus noyée

 

 

 

si un chant profond ressort vivant

de cette aurore

décapitée

 

 

 

si je suis

un long silence or

ne pas éclore

à la pulsation près 

un oiseau dans la chair

piqué là

une entaille

ensanglantée

 

 

 

 

 

 

 

perle le cri

 

 

de naître

frissonne encore

 

 

 

 

 

 

 

 

la noire apothéose 

en moi

dormante

 

 

 

 

sur le perron

perle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Fragments & Carnets

Partager cet article

Repost 0