Oeuvre de Sylvie Badia *

Oeuvre de Sylvie Badia *

 

 

 

 

 

Stefanu Cesari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicodème, l’autre visage.

 

 

 


1


Nicodème mon nom, comme je dirais l’autre visage, qui vient pour témoigner, à toi.
Te voilà parole, face à moi. Nous allons ensemble.
Nous suivons les faucons dans l’air chaud, un battement large
dans la poitrine donne sa mesure : sang et poussière, notre passage.
Au-dessus des oiseaux de proie, le bain éternel des photons contredit l’existence de la nuit. C’est un discours de ciel ouvert.
Personne ne peut saisir
la lumière
qui nous traverse, ce serait poser sur la blancheur une main sale,
aussi tout le poids du jour et ce qu’il fut,
la première cause.

 

 

 

 

 

 

 

2


Il y eut. La fraicheur d’un parfum, une invitation. Il y eut
la saleté sur nous où les paumes s’étaient posées, nous appelâmes la langue, pour lécher.
C’est ainsi, le début. Je maintiens : je ne me suis jamais lassé, je n’ai jamais laissé mon amour qui est encore. Sur le corps entier
un mot, compagnon, s’écrit de lui-même. Je rassemble pour témoignage entre les pages des livres une histoire une autre, la moindre différence, tout, ongles brisures cheveux noirs qui sont la ramification du Noir, je dis : ils rempliront ma bouche.
Pour une autre naissance.
C’est peut-être là. Nous serons remis en cause.
J’écouterai les avis contraires comme une ombre à midi.
Je pèserai le jugement juste dans le silence du ventre.

 

 

 

 

 

 

 

3


Il y aura. Dans la matière. Quelque chose qu’on ne peut toucher,
il y aura un prolongement.
Tu vois la chair passant, encore chaude, la possibilité d’étreindre.
Tu vois, il y aura entre nous plus. Une certitude ou une idée. Me crois-tu ?
Nous deviendrons d’autres nous-mêmes, ne doute pas de cela.
Nous apprenons l’absolu en fréquentant la mort sans savoir ce qui nous permettrait de dire. Sommes-nous comme des enfants ?
Nous croyons d’avoir vu, le ciel pour le ciel, ou ce qu’il est, un drap tiré sur cette lumière sans fin qui nous traverse, ainsi
de part en part. Nous voilà
baignés par la nuit.
À l’aube renouvelés

 

 

 

 

 

 


Inédit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicodemu un antru visu

 

 

 


1


Nicodemu, u me nomu, com’è diciariu un antru visu, chì veni par tistimunianza, à tè.
Ti dicu, parola, ed eccuti facci’ à mè, cumpagnia, passemu insembu longu a strada d’altura. Suvitemu d’ochja l’aculi chì
stantarighjani in l’aria calda, fantasimata.
U nosciu cori batti largu, fattusi misura di l’àndara, sangu è pulvariccia, passaghju in friccia nant’à sta tarra.
Da supra à l’aceddi pridaghji, u bagnu eternu di i fotoni cuntradisci l’asistenza di a notti, hè una parola di celi apartu.
Nimu pò sisiscia
a luci
chì ci traversa osinnò saria pona nant’à u biancori una mani brutta,
è à tempu tuttu u pesu di u ghjornu, di ciò ch’iddu fù,
è li so falti.

 

 

 

 

 

2


Ci hè statu. A friscura d’un parfumu, una invitazioni. Ci hè statu
u lutu firmatuci in coddu è i palmi di mani chì ci aviani toccu, chjametimi tandu a lingua par liccà.
Hè cussì chì tuttu principiò. Ma sustengu : ùn mi socu mai stancatu, ùn aghju mai lacatu u me prim’ amori. Nant’à u corpu intrevu
a parola cumpagnu si scrivi da par idda. Accoddu par tistimunianza trà i pagini di i libra i foli è i canzoni, l’èsiti, tuttu, unghja taddati, brisgiuli, capiddi neri frundami di u Neru chì si stendi, è dicu : impiarani a me bucca.
Pa’ un’ antra nascitura.
Tandu hè, chì. Saremu rimissi in causa.
Staraghju à senta l’avvisa chì ci vani contra, pricisi com’è un’umbra di meziornu.
Suppisaraghju tuttu di sintimentu ghjustu in u silenziu di u ventri.

 

 

 

 

 

3


Ci sarà. In a materia, ciò ch’ùn si pò tuccà,
ci sarà un pralungamentu.
Vidi, un corpu, calcosa. A carri passendu ma sempri calda. A pussibilità di stringhja.
Vidi, trà no di più ci hà da essa, un’ idea o una certitù, mi credi ?
Duvintaremu altri ch’e ciò ch’e no semu, più lebii ùn ci hè niscun’ dubbitu.
Amparemu l’assulutu franquintendu a morti. Senza mancu cunnoscia una parola in più chì ci parmittissi di dì. Semu com’e I ziteddi ? Cridimu à cio ch’e no vidimu, piddemu u celi pà u celi, o ciò ch’iddu hè, una stofa tirata nant’à sta luci eterna chì ci
rapanna, eccuci.
bagnati di notti.
À l’alba rinuvilati.

 

 

 

 


Porto-Vecchio (Pumonte / Rucchisgianu, langue de Porto-Vecchio / Alta Rocca)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand lecteur de poésie contemporaine et traducteur en langue corse, Stefanu Cesari est un jeune et talentueux poète. Il a publié quatre recueils: Mimoria di a notti (Éditions Albiana, 2003) ; Forme animale (Éditions A fior di carta, 2008) ; Genitori (Presses littéraires, 2010).
En collaboration avec Sylvie Badia, U Mìnimu Gestu / Le Moindre Geste a été publié aux Éditions Jean-Jacques Colonna, octobre 2012.


Son  site : www.gattivi-ochja.blogspot.com

 

 

 

 

 

 

IN

"UNE FENETRE SUR LA MER,

UNE ANTHOLOGIE DE LA POESIE CORSE ACTUELLE"

Coordonnée et préfacée par Angèle Paoli,

"CONTEMPORAINS",

RECOURS AU POEME EDITEURS

Anthologie bilingue (corse / français)
Décembre 2014
150 pages

€ 8.00

formats disponibles :
epub, mobi, pdf

 

http://www.recoursaupoemeediteurs.com/contemporains/une-fentre-sur-la-mer-une-anthologie-de-la-posie-corse-actuelle


 

 

 

 

 

Peinture :  l'une des oeuvres de Sylvie Badia, publiées dans le recueil de Stefanu Caesari, "Le moindre geste/ U mìnimu gestu", Colonna édition, 2012.

Tag(s) : #Poésie corse, #Stefanu Cesari, #Angèle Paoli, #Recours au poème éditeurs

Partager cet article

Repost 0