Carré St-Louis - Montréal  © Tous droits réservés : Nathalie Turgeon, 2012

Carré St-Louis - Montréal © Tous droits réservés : Nathalie Turgeon, 2012

 

 

 

 

 



C'était au beau milieu de notre tragédie 
Et pendant un long jour assise à son miroir 
Elle peignait ses cheveux d'or Je croyais voir 
Ses patientes mains calmer un incendie 
C'était au beau milieu de notre tragédie

 



Et pendant un long jour assise à son miroir 
Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit 
C'était au beau milieu de notre tragédie 
Qu'elle jouait un air de harpe sans y croire 
Pendant tout ce long jour assise à son miroir

 



Elle peignait ses cheveux d'or et j'aurais dit 
Qu'elle martyrisait à plaisir sa mémoire 
Pendant tout ce long jour assise à son miroir 
À ranimer les fleurs sans fin de l'incendie 
Sans dire ce qu'une autre à sa place aurait dit

 



Elle martyrisait à plaisir sa mémoire 
C'était au beau milieu de notre tragédie 
Le monde ressemblait à ce miroir maudit 
Le peigne partageait les feux de cette moire 
Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire

 

 

 

C'était un beau milieu de notre tragédie 
Comme dans la semaine est assis le jeudi

 


Et pendant un long jour assise à sa mémoire 
Elle voyait au loin mourir dans son miroir



Un à un les acteurs de notre tragédie 
Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit



Et vous savez leurs noms sans que je les aie dits 
Et ce que signifient les flammes des longs soirs



Et ses cheveux dorés quand elle vient s'asseoir 
Et peigner sans rien dire un reflet d'incendie.

 

 

 

 

 

Aragon

Elsa au miroir

in  Les yeux d'Elsa - 1942

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aragon ! 

Tu écris sur la guerre l'amour

l'espoir

Dans Elsa au miroir

dans ces quatre quintils

& dans ces cinq distiques

tu sais dire combien

elle est unique

cette empathie

entre

deux êtres voués l'un à l'autre

Cet autre aimé aimant qui

nous renvoie à nos souvenirs

parfois les plus cruels et qui

en même temps

nous aspire

inspire et nous rend souriants 

Cet autre ami amante qui

nous dit sois!

en toute liberté

quoiqu'il advienne je

te soutiendrai

sois! poète et mon amant

sois! ce que tu dois être

prends ton temps

à travers moi et mieux, 

à travers NOUS, le monde

Pas besoin de

prononcer le mot guerre il

déborde déjà

mais

dans le silence de tes yeux je

reprends les forces nécessaires 

à ce combat cru qui

s'annonce diluvien

Et ta main me conduit en

résistance

Stances que tes regards !

Et repos que ta bouche !

Entre ouverte aux douleurs de la nuit

Nos tragédies dans la

chevelure de l'amour

sentent les cistes blancs et la vanille

que sublime

la caresse sur nos fronts démunis

Quand j'écris les mots sur ton âme claire

qui s'écrivent aussi sur le ciel en errance

alors tu me rends là

d'où je viens

Sans masculin sans

féminin sans pluriel

ni singulier

car l'amour n'a rien

de tous ces artifices

L'amour est juste nu au

milieu de la piste

comme une pluie en flammes

 

 

 

 

 

 

Martine Cros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Extraits - Ressentis de lectures, #Aragon, #comme un écho

Partager cet article

Repost 0