S'abat le temps

    sur la chair

    vous requerrez

    le pardon éternel

    Le temps vous dira

    car il vous parle :

    l' éternel n'a pas à pardonner,

                                                                     rien !

 

    Le temps vous dira :

    il est une utopie

    bien civilisée

    Savez-vous, oui, vous savez,

    vous demandez à vos hôtes

    un grand amour

    dont seuls ils ont la clé

    Les requiem et les stabat

                                                                                     vous apaisent

 

    Vous devez avoir vécu longtemps

    sur une croix

    pour aimer ces éthers

    qui pleuvent larmes et déserts

    D'ailleurs n'avez-vous pas

    encore

    quelque clou planté là dans le corps

    comme une aiguille dans une botte de .

 

                                                                                                                        Vos anges

    lasses de veiller sur vos humaines ailes

    ces folles hélices folles le sont-elles

 

   

    Il y a dans l'air vibré des restes de

    fontaines

    romaines

    et le sourire de Pergolèse

    Les brassées du violoncelle

    vous parlent-elles

    Ces voiliers blancs sous les ogives

    de vos domaines

    M'accueillerez-vous que

    ting                          ting                                                                   ting !

 

   

    Le dernier clou sera tombé au sol

    bémol de vos allées

    armure des venues

    armures de vos clés

    Vous pourrez respirer

    l'encens alors

    l'encens qui vous aime

                                                et que vous aimerez

 

 

 

 

 

 

12 juin 2014

Lutte de Jacob avec l’Ange (détail), Eugène Delacroix, 1855 -1861.  Peinture à l’huile et cire sur enduit, Paris, Eglise Saint Sulpice.

Lutte de Jacob avec l’Ange (détail), Eugène Delacroix, 1855 -1861. Peinture à l’huile et cire sur enduit, Paris, Eglise Saint Sulpice.

Partager cet article

Repost 0