Je n'ai jamais su ce qu'

aimer voulait dire

jusqu'à cette nuit

La douleur ne s'écrit pas

Alors ma main est

muette

et mon coeur se bat

Ainsi ne pourront-ils ressentir

combien tu manques

à mes pas de 

malandrine

Peste de vie où l'on est rien sans 

aimer

sans donner

aimer écrire

donner à écrire

écrire d'aimer

Les temps et moi sommes pathétiques

Où peut naître ce qui est vrai

stabat mater dolorosa ?

-- penser à apprendre le violoncelle --

Je ne foule rien qu'un désert de bois

Quatre arches de pierre

sans eau ni fleur m'abritent

En quelque sorte cette nuit blanche

fut une nuit d'amour

-- penser à articuler l'émotion --

 

 

Dès que possible

j'irai quérir une robe

de velours moulé

Plutôt rouge

ou dorée

Elle ondulera au gré

de l'aria

Seul l'amour et Monteverdi pourront

l'effilocher d'ici bas

La porterai dans le off

-- et le in qui vivra verra --

de la destinée.

 

 

 

 

 

 

juin 2014

"Destiny", John William Waterhouse, 1900, source en lien.

"Destiny", John William Waterhouse, 1900, source en lien.

Tag(s) : #Fragments & Carnets

Partager cet article

Repost 0