III

 

                             la pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'ai croisé une fragilité      silhouette affaiblie     sur l'enclume des jours trop forgés      pauvreté forte de tenir debout   à esquisser des pas   si toutefois   l'appellation de pas fut retenue une après-midi nous sortions toutes deux du couloir de la rue il pleuvait assez fort        j'ouvris mon parapluie           elle me dit    Quel temps !      puis d'autres mots encore que je n'ai pas compris      je lui ai tendu le parapluie      Le voulez-vous je n'en ai pas besoin         elle me regardait avec des yeux perdus elle inspectait mon offre    elle prit le parapluie sans être convaincue s'effaça dans le gris et le bus m'enleva     je ne sais pas elle a sans doute perdu ce parapluie      et j'aime aller dehors quand il fait gris               sentir l'ondée sur mon visage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martine Cros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chroniques de la pauvreté - la pluie
Tag(s) : #Chroniques de la pauvreté

Partager cet article

Repost 0